Stalker - Andrei Tarkovski (1979) [DVDRIP]





Stalker - Andrei Tarkovski (1979)
DVDRIP | partie 1 : 63 min + partie 2 : 93 min | MKV-x264 720x544 | 25 fps | AC3 96 kb/s | 744 Mo + 1,07 Go
Langue : Russe
Sous-titres optionnels intégrés au fichier mkv : Français - Anglais - Allemand - Espagnol - Italien - Portugais - Japonais - Chinois - Arabe
Genre : Drame - Mystère - Sci-Fi


Réalisateur : Andrei Tarkovski
Scénario : Arkadi Strugatsky, Boris Strugatsky (basé sur leur roman "Picnic At The Side Of The Road", Andrei Tarkovski
URSS - 1979 - couleur
Avec : Aleksandr Kajdanovsky, Alisa Frejndlikh, Anatoli Solonitsyn, Nikolai Grinko, Natasha Abramova, Faime Jurno

Dans un pays indéterminé, la Zone est une région mystérieuse, dangereuse, vaste no man's land où jadis est tombe une météorite. La traverser présente un danger mortel et seuls les Stalkers, des passeurs, des guides, osent s'aventurer. L'un d'eux tente d'emmener un écrivain et un physicien à l'intérieur de cette Zone, jusqu'à "la chambre des désirs" où tous les voeux, les désirs les plus chers, de ceux qui s'y rendent pourront être exaucés. A la fin de cette quête, le "Stalker" a perdu sa foi dans l'homme et dans la possibilité de lui donner le bonheur.

Proche d'une rêverie bachelardienne, dans ce chef-d'œuvre visuel, poétique, métaphysique mêlant rythmes lents et visions proches de l'hallucination, Tarkovski oppose formellement la vision d’un monde en déliquescence, pollué et stérile, filmé dans un sépia maladif, à une Zone verdoyante et sauvage - où la nature a eu raison des entreprises humaines, où les voitures, les édifices ne sont plus que des ruines envahies par l’herbe virginale - magnifiée par l’usage d’une couleur pure et apaisante. La musique d’Edouard Artemiev, symbiose de mélodies ancestrales portées par le souffle de l’air et de nappes synthétiques contribue à l’ambiance hypnotique qu’exerce le film.
Ode à l’humilité, à la puissance des faibles, "Stalker" nous convie à retrouver notre substance originelle, à nous imprégner de cette eau sacrée qui nous rendra moins secs, à nous agenouiller, à nous coucher dans les herbes fraîches pour contempler en silence la beauté insondable plutôt que de défier debout un monde déjà hostile.
Tarkovski accouche ici d’une œuvre qui l’a durement éprouvé. Un an de tournage fut perdu à cause d’une mauvaise émulsion au laboratoire. Lui qui clamait que « le cinéaste appartient au cinéma et non le contraire » puise dans la force de son message l’énergie de retourner le film en entier avec une fraction du budget alloué, assumant aussi le rôle de décorateur, et le bouclant dans le délai requis.
Apprentissage d'une foi personnelle non-dogmatique, plaidoyer pour la renaissance de l’espoir, métaphore de la création artistique, éloge de la nature et de ceux qui souffrent, "Stalker" est tout cela et bien plus encore. Sa charge humaniste et métaphysique en font une réflexion intemporelle et inépuisable, sa puissance esthétique et sa densité poétique une œuvre rare et déroutante, qui nous fait perdre pied de la réalité pour lui substituer une vérité sublime, fragile et rédemptrice.














Liens RS dans le fichier txt :
CODE:
3